RSS

Une histoire d’amour entre la ville et la bourle

05 Fév

Comme chaque année depuis 20 ans, dimanche matin, le maire et les élus ont été invités par la fédération des bourleux de Tourcoing et des environs à disputer une partie à la bourloire Saint-Christophe.
À la bourloire Saint-Christophe, dans la bonne humeur, le maire, Michel-François Delannoy, une vingtaine d’élus tourquennois et neuvillois ont partagé un bon moment de convivialité autour de ce jeu traditionnel.
Certains ont fait quelques essais avant de rejoindre leurs obligations, d’autres sont restés toute la matinée, mais tous étaient ravis de pouvoir perpétuer cette tradition. Au départ, il y a plus de 20 ans, élus et journalistes se retrouvaient pour une partie officielle avec proclamation des résultats. Au fil du temps, trouver une dizaine de journalistes fut plus difficile.
Jean Turpyn, président de la fédération s’est félicité de ce moment partagé : «  Nous n’avons pas assez de jours dans une année pour remercier tout ce que la ville a fait pour les bourleux. » Trois bourloires, sur les 7 tourquennoises, ont été rénovées depuis dix ans : Saint-Louis/Notre-Dame de Lourdes, rue de Strasbourg, et Saint-Christophe.
Avant de jouer, Michel-François Delannoy n’a prononcé que quelques mots qui résument l’attachement de la ville à ses traditions : «  La bourle et la ville, c’est une histoire d’amour ! » 

 Th. L. (correspondante locale)

1699898715_1130543-une-histo-510fe9fb_2 (1)Élus et bourleux partagent leur attachement au sport traditionnel. La ville a d’ailleurs financé les travaux de 3 des 7 bourloires.

Publicités
 
 

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :