RSS

Cercle St-Christophe : la métamorphose

18 Mai

Cercle St-Christophe : la métamorphose

Publié le jeudi 17 mai 2012 Nord eclair Tourcoing – FANNY SAINTOT > fanny.saintot@nordeclair.fr

 

Jean-Pierre Moerman et les bénévoles attendent de pied ferme leurs amis angevins.

Fermée depuis le mois d’octobre, la bourloire de la rue du Moulin-Fagot vient de rouvrir. Elle a entièrement fait peau neuve, pour un investissement de plus de 400 000 euros. Le cercle Saint-Christophe reçoit ce midi ses amis angevins, dans le cadre de leur jumelage.

Il pleut mais désormais, les bourleux du cercle Saint-Christophe sont au sec. « Une fois, on a dû mettre une douzaine de bassines », se souvient Gustave Leroux. « Un jour, pendant le discours du maire, des gouttes d’eau tombaient sur la table », raconte Francis Dereumaux, conseiller municipal. Nostalgiques ? Pas du tout, au regard de la métamorphose qui vient de s’achever.
Les travaux de rénovation d’une des plus vieilles bourloires du département – rachetée à l’évêché par la commune en 1992 – étaient prévus depuis 2002.

L’édifice étant classé monument historique, le chantier a été supervisé par un architecte agréé par les Bâtiments de France. Ces travaux d’envergure ont débuté en octobre dernier. Avec au programme : la toiture, l’électricité, la réfection du plafond et des deux pistes, les murs, la création d’une porte de secours et de sanitaires qui, jusqu’alors, se trouvaient dans la cour. Les locaux sont maintenant accessibles aux personnes handicapées. « On reçoit beaucoup de monde, constate Jean-Pierre Moerman, président de la fédération des sociétés de bourle du Nord. Par l’office de tourisme, les gens viennent visiter le jardin botanique. » Sans oublier les écoles qui fréquentent la bourloire dans le cadre de la découverte du patrimoine.
Avec l’arrivée de leurs amis angevins, joueurs de boule de fort, jeudi (Lire l’encadré), huit bénévoles sont sur le pont pour le nettoyage. « Il faut aussi remettre en place toute la déco, détaille Jean-Pierre Moerman. Les photos, les drapeaux, les coupes… Des tas de petites choses. » Ce trente-troisième anniversaire, dans le cadre du jumelage, « c’est une grosse manifestation.
C’est pour cela qu’on s’est dépêchés de finir le chantier ». D’autant que les travaux ont pris du retard, en raison d’une série d’imprévus : la découverte de la présence de mérule et l’effondrement d’une partie d’un plafond. Ce qui a porté le coût total à plus de 400 000 euros, entièrement subventionnés par la Ville. « On a même pensé à raser le bâtiment, tellement c’était hors service, explique Francis Dereumaux.
Ensuite, il a été classé, on a dû le garder. » Ce dont il se félicite : « C’est certainement une des plus belles bourloires de la région, ne serait-ce qu’au niveau de l’accueil. Ils sont vraiment ouverts sur l’extérieur, toujours dans le but de promouvoir la bourle. Ils le méritent. C’est un très bon investissement qui sera vite rentabilisé. A Tourcoing, on est quand même au top au niveau des bourloires. Mais il n’y a pas que la bourle, il y a le patrimoine. » A sa fermeture, l’association comptait une centaine de personnes. Les fidèles espèrent qu’après ces travaux, tous retrouveront le chemin des nouvelles pistes.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 18 mai 2012 dans Organisations

 

Étiquettes : ,

Les commentaires sont fermés.

 
%d blogueurs aiment cette page :